Le Front National au deuxième tour est le résultat lamentable de la politique que droite et Parti "Socialiste" ont menée alternativement. Macron a largement participé à cette politique ces dernières années, même avant l'élection de Hollande : il était déjà en collaboration avec Jouyet, proche de Hollande et qui a été ministre de Sarkozy - Fillon.

Macron est de plus le pur produit politique de l'oligarchie financière. La totalité des médias possédés par les milliardaires a fait une campagne éhontée en soutien de ce candidat.

Les intérêts de l'oligarchie seront bien servis par Macron et cela se fera au détriment de l'ensemble des salariés et des classes moyennes.

Il faut donc prévoir l'accroissement du mécontentement légitime qui s'est manifesté par les luttes importantes en particulier contre la loi "El Khomri", mécontentement qui s'est manifesté aussi, partiellement, dans le vote ce 23 avril avec le bon résultat de Jean-Luc Mélenchon.

Le Front National a capté une partie de ce mécontentement et il y a danger que le dévoiement s'amplifie.

Il est donc du devoir de la France Insoumise et des autres organisations alliées, en particulier le Parti Communiste, d'organiser sans attendre les luttes contre la politique que Macron mettra en place et que nous connaissons déjà, bien qu'il se dise porteur de changement.

C'est en fonction de cet impératif qu'il faut se prononcer sur les consignes de vote au deuxième tour de la présidentielle.

Il est évident et obligatoire d'appeler à ne pas voter pour le Front National.

Mais faut-il pour autant appeler à voter pour Macron ?

En vue de la mobilisation pour les luttes nous ne pouvons pas appeler à voter Macron et ensuite appeler à combattre ce même Macron.

Nous devons donc appeler à voter blanc, et un grand nombre de bulletins blancs aura une grande signification politique mobilisatrice.