En ces temps de forte densité électorale l'union est un concept très commenté. Et on ne parle ici que de l'union électorale.

L'union pourquoi faire ? L'union en tant qu'objectif à priori n'est pas un bon plan. La citoyenneté à laquelle beaucoup se réfèrent demande que les électrices et électeurs soient consultés sur un programme. Si on n'a pas défini des objectifs programmatiques communs clairs, l'union apparaît comme une combine politicienne.

De plus les modalités électorales de la Ve République brouillent les cartes. N'oublions pas que l'objectif commun déclaré (en voila un ! ) à gauche (la vraie, y compris la France Insoumise) est la proportionnelle, ce qui modifierait profondément la question de l'union.

Même au moment le plus unitaire, le temps du Programme Commun de la Gauche, les différents partis signataires de ce programme n'ont pas conclu d'accord national de candidature au premier tour. Chacun a présenté ses candidats. L'accord implicite était de se désister en faveur du candidat le mieux placé au deuxième tour.

Il est étonnant donc qu'aujourd'hui certains rêvent d'un accord de candidature au premier tour. La polémique est vive et je ne veux pas y participer. Mais il me semble clair que les conditions ne sont pas réunies pour qu'il y ait un accord de candidature unique au premier tour. Le temps viendra de dire le pourquoi et le comment, les responsabilités des uns et des autres.

Rendez-vous au deuxième tour !