Le professeur Philippe Sansonetti est invité ce matin à France Inter, le sujet est la vaccination.

On note une défiance importante de la population envers les vaccins. Le journaliste et l'invité cherchent à expliquer cette défiance. On évoque une campagne dangereuse menée par des groupes irresponsables.

Il y a effectivement une défiance vis à vis de la vaccination et elle s'insère dans une défiance plus large, défiance envers les laboratoires pharmaceutiques.

Mais il y a encore une plus large défiance et elle touche à la question du lien entre l'activité économique et le profit.

Plusieurs scandales ont révélé les agissements de certains laboratoires pour imposer des médicaments, pour cacher les effets indésirables très graves de certains médicaments, pour cacher leur activité financière illicite ou immorale.

Dans le domaine de la médecine, plus que dans d'autres domaines, le fait de gagner de l'argent sur la santé publique pose question. Gagner de l'argent d'abord, en soignant éventuellement est la logique malsaine de certains laboratoires. Soigner en gagnant de quoi investir pour prolonger l'activité et pour soigner encore mieux doit être la logique vertueuse de tout le système de santé.

Cette opposition de logiques se retrouve dans toutes les activités concernant de près ou de loin le Service Public. Gagner de l'argent d'abord en transportant éventuellement des voyageurs et des marchandises ou satisfaire aux besoins de transport de voyageurs et marchandises sans que ce soit la gabegie. Gagner de l'argent d'abord en faisant éventuellement de l'enseignement ou satisfaire aux besoins d'éducation en investissant à la mesure de ces besoins et des possibilités.

Gagner de l'argent d'abord, c'est le moteur de l'activité économique du système capitaliste dans sa phase néolibérale. On mesure les méfaits du fonctionnement de ce moteur. Les scandales financiers liés à ce fonctionnement en sont les traces mais le mal est plus profond, plus large. Pollution et malbouffe résument tous les aspects de ce mal.