La démocratie ne se résume pas au droit de vote. Ce droit est nécessaire mais non suffisant. Pour

le bon fonctionnement de la démocratie il faut aussi une information libre et honnête.

Cette deuxième exigence n'est pas respectée quand les grands médias sont possédés par quelques

milliardaires. En France neuf milliardaires possèdent la quasi totalité de la presse d'audience

nationale et influencent plus ou moins directement l'audiovisuel. Les protestations effarouchées de

quelques multiéditorialistes-multicartes, assurant de leur indépendance ne sont pas

convaincantes : sur tous les grands sujets de politique et d'économie leur unanimité est la preuve

que le système médiatique est vicié.

Alors il est de bon ton parmi la caste journalistique de critiquer les choix des électeurs, brexit,

Trump, il est de bon ton de dire que les citoyens sont mal informés et victimes de falsificateurs.

Certains commencent à mettre en cause le droit de vote.

Un peu fort de café de mal informer les citoyens et d'en prendre prétexte pour ne pas reconnaître

la souveraineté du vote populaire.