J'avance une hypothèse pour répondre à une question.

Pourquoi la majorité du peuple qui souffre de la politique au service des capitalistes et qui aurait beaucoup, tout à gagner dans la politique que nous, anti-capitalistes, préconisons, pourquoi donc elle nous fait défaut politiquement ?

Serait-ce cette impression que beaucoup d'entre nous soyons perçus comme des donneurs de leçon, des directeurs de conscience illégitimes, des dispenseurs du "savoir bien penser" ?

Serait-ce cette façon de mépriser les occasions d'avoir de la joie collective ?

Oui, nous savons comment la joie collective à l'occasion d'une victoire politique ou syndicale est d'un goût incomparable. Mais pourquoi faire comme si seules ces joies collectives seraient dignes.

En somme, serait-ce cette manière de se montrer pisse-vinaigre, particulièrement mise en évidence pendant le Mondial de football, qui peut faire craindre à la majorité du peuple qui nous fait défaut que nous préconisons une société sans joie ?